Les interviews de LUCY

Interview utilisateur : Marinove et l’acquisition d’un photobioréacteur pour nourrir les naissains

Première entreprise d’aquaculture à nous avoir fait confiance, Marinove fait aujourd’hui partie de notre histoire. Cette écloserie de coquillages, basée à Noirmoutier propose des naissains d’huîtres et de palourdes. Pour nourrir ces naissains, Marinove cultive des microalgues chaque jour en quantités importantes.

Afin de réduire la pénibilité du travail liée à la culture de microalgues en véhiculant moins d’eau et en obtenant des volumes plus concentrés, Marinove s’est intéressée aux photobioréacteurs. Depuis ce moment, Synoxis algae et Marinove ont travaillé ensemble pour améliorer la qualité de vie au travail et répondre aux attentes de l’écloserie. Aujourd’hui, trois LUCY produisent continuellement des microalgues chez Marinove.

Lucie BOUCKELLYOEN, Responsable de Développement Ecloserie et Qualité et Simon OLLIER, responsable en recherche et développement ont accepté de répondre à nos questions sur la prise en main du photobioréacteur LUCY dans un milieu aquacole.

Synoxis algae : Quelles sont les raisons qui vous ont motivés à acquérir un photobioréacteur ?

Marinove : LUCY transforme la méthode de travail en prenant en compte l’ergonomie un peu compliquée en aquaculture.

LUCY est sur le démarrage de la culture des algues. Le remplacement de la partie souches par plusieurs LUCY sera bénéfique pour l’ergonomie, le coût et donc la productivité de cette phase.
Cet outils permet la réduction des potentielle TMS (troubles musculosquelettiques) car le poids d’algue à transporter dans les autres salles est vraiment très réduit.

LUCY permet un culture 2.0 !

Synoxis Algae : Quelles productivités obtenez-vous avec LUCY ?

Marinove : Avec LUCY nous obtenons environ 80 millions de cellules par ml en utilisant un taux de renouvellement de 20 à 30%. Sur des systèmes de culture en fûts nous ne sommes qu’à environ 15 millions / ml.
Les cultures dans LUCY ont des mobilités très bonnes. C’est un critère de qualité important. Malgré la forte concentration et forte proximité, on garde cette mobilité et cette vivacité jusqu’à la fin de la culture dans des plus grands volumes. Pour nous c’est un signe de qualité.

Synoxis algae : Quelle a été la longévité de la culture à 80 millions de cellules par ml ?

Marinove : Nous avons maintenu la culture pendant 4 mois. Cependant, nous avons arrêté au bout de ces 4 mois pour permettre une bonne rotation et nettoyage entre nos LUCY. On aurait pu continuer…

Synoxis algae : Nous avons conçu le photobioréacteur LUCY pour préserver les cultures de microalgues. Est-ce que LUCY répond à vos attentes en termes de sécurité des productions ?

Marinove : En cas de coupure électrique, les programmes de LUCY repartent tous seuls. Il n’y a rien à faire. L’autonomie est intéressante. Pour nous c’est une vraie sécurité.

Synoxis algae : Recommanderiez-vous LUCY à d’autres aquaculteurs ?

Marinove : Oui, nous recommandons chaudement. L’aquaculture est un vieux métier, ça évolue doucement mais nous pensons que l’avenir est là. Avec ces outils, les opérateurs sont des cultivateurs et non des nettoyeurs.

 

Nous remercions très fortement Marinove de nous avoir fait confiance et d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Le retour utilisateur est pour nous un élément majeur dans la conception de nos équipements et dans notre fonctionnement général.

A très vite !