Notre technologie : objectif culture de biomasse

Quel est le type d'agitation utilisé dans les photobioréacteurs pour microalgues ?

L’agitation utilisée dans les photobioréacteurs est le SALT, un mouvement spiralé vertical généré par un AirLift. Cette agitation est douce et n’utilise ni pompe, ni hélice. Le SALT est induit par une hydrodynamique particulière liée à la forme brevetée de nos photobioréacteurs.
Cette agitation spiralée favorise les échanges gazeux (apport de carbone et dégazage en O2), rend le milieu de culture homogène et optimise l’accès à la lumière. Elle est aussi peu énergivore.

Actuellement j'utilise des fûts, combien faut-il de PBR pour remplacer ma production ?

Le nombre de fûts qu’un PBR SALT peut remplacer va dépendre de votre concentration actuelle et du volume récolté.
Prenons en exemple une culture avec la microalgue T-isochrysis, très utilisée en aquaculture.

Un JUMBO de 285L produit une culture concentrée à 80M de cellules par mL, diluée à 20% chaque jour, soit un apport en milieu neuf de 57L par jour, ce qui nous donne 4 560 « unités d’algues » par jour.

Considérons un fût de 300L, qui produit une culture concentrée à 5M de cellules par mL, qui pousse sur 5 jours, ce qui nous donne 300 « unités d’algues » par jour.
Le ratio entre un JUMBO et un fût est de 15,2.

De plus, il faut prendre en compte toute la montée en échelle pour inoculer les fûts qui nécessite beaucoup de temps humains (repiquages) et l’utilisation de nombreux contenants (Erlen, ballons etc.)

En conclusion un JUMBO (285L) remplace 15,2 fûts de 300L + 15,2 fûts de 30L + 15,2 ballons de 2L + 15,2 Erlens de 0,25L. Soit 285L de culture et 1 contenant contre 5 019,8L et 60,8 contenants.
Nous réalisons des audits pour vous donner un comparatif plus précis entre votre production actuelle et une production en photobioréacteurs SALT.

De quoi ai-je besoin pour faire fonctionner un PBR ?

Il faut apporter aux PBR SALT :
– De l’électricité pour la lumière et le système de pilotage
– De l’air pour agiter la culture
– De l’eau salé ou douce selon la souche
– Du CO2
– Des nutriments
– Et une souche de départ
– Un environnement adapté

Je travaille dans un milieu très salin, est-ce que vos PBR sont résistants à ce type d’environnement ?

Oui, nos PBR sont composés de matériaux résistants aux milieux salins : aluminium anodisé, PMMA, sondes en inox 316L…

Quel type d'air faut-il ?

Pour que l’agitation spiralée en AirLift soit fonctionnelle, il est nécessaire d’avoir de l’air. Cet air doit être le plus « propre » possible. Vérifiez qu’il n’y a ni eau ni huile dans votre réseau d’air ou compresseur. Une alimentation en air comprimé est à privilégier, minimum 1 bar. Nous proposons des kits à air (surpresseur et compresseur), si besoin.

Quelle est la garantie sur les PBR ?

La garantie standard est de 1 an pour les pièces, dans le cadre d’un usage normal du photobioréacteur.
Elle peut être étendue à 2 ans.

Microalgues : compatibilité, optimisation des cultures

Votre technologie a-t-elle des conséquences sur les paramètres physico-chimiques de l’algue ?

Nous, en tant qu’équipementier, n’avons pas mené de test dans ce sens. Cependant nos clients exerçant dans des écloseries ont fait des comparaisons entre les microalgues produites en photobioréacteur SALT et celles produites en fûts (ou culture traditionnelle). Ils n’ont pas observé de différences. Les larves ont eu de l’appétence aussi bien pour les microalgues cultivées en PBR que celles cultivées en fûts. Et pas de différences non plus en cas de repiquages.
A contrario, si votre but est de faire varier les paramètres physico chimiques de la microalgue, vous pouvez jouer sur les paramètres de cultures dans ce sens.

Peut-on cultiver des microalgues fragiles (qui supportent peu l’agitation) ?

Cette technologie a été développée spécialement pour la culture des microalgues fragiles et notamment la T-iso, qui est une microalgue flagellée sensible au cisaillement. Grâce à l’agitation douce, nous pouvons cultiver beaucoup d’espèces différentes de microalgues. Si vous avez un doute, nous proposons une prestation de test in situ.

Comment savoir si la souche que je souhaite cultiver est compatible avec votre technologie SALT ?

Nous avons une base de données qui valide une douzaine de souches.
Pour celles qui ne sont pas déjà testées, nous proposons de tester votre microalgue dans nos équipements en amont de votre projet. Ce test est réalisé au sein de notre laboratoire dans un photobioréacteur SALT. Nous vous fournirons un rapport complet sur les concentrations et productivités obtenues. Demandez-nous un devis pour cette prestation !

Les machines sont-elles optimisées pour les microalgues d’eau de mer et d’eau douce ?

Vous pouvez cultiver des microalgues d’eau de mer, d’eau saumâtre et d’eau douce. Par exemple vous pouvez mener une culture d’isochrysis en eau de mer et ensuite une culture de chlamydomonas en eau douce, puis spiruline en eau saumâtre.

Est-ce que je peux cultiver en mixo- ou hétérotrophie ?

Nos photobioréacteurs sont pensés pour cultiver en autotrophie, donc équipés de LED. Certains de nos utilisateurs les ont déjà utilisés avec succès pour faire de l’hétérotrophie.

J’ai un excédent de chaleur fatale / de CO2, puis-je le valoriser avec des microalgues ?

Les microalgues peuvent être une solution pour valoriser vos « déchets » comme le CO2 produit en excès ou de la chaleur fatale ou de l’eau riche en nitrates, phosphates…
Les microalgues pour se développer en autotrophie ont besoin de CO2, de nutriments (potassium, phosphore, azote…), d’eau, de lumière, et certaines de chaleur.

Suivi de culture : souche de biomasse, récolte des microalgues

Quelles quantités de souche me faut-il pour lancer une culture ?

Le volume va dépendre de la concentration de l’inoculum dont vous disposez, de la souche et du photobioréacteur que vous utilisez.
D’une manière générale, nos photobioréacteurs permettent de lancer des cultures avec de petites quantités d’inoculum, notamment grâce à la gestion fine de l’intensité lumineuse.

Dois-je choisir entre une culture en batch ou en continu ?

Vous pouvez faire les 2, même les 4 modes : batch, feed-batch, semi-continu, continu. Tous nos photobioréacteurs le permettent. C’est à vous de choisir et de vous aider des programmes pour mener à bien votre culture selon le mode choisi.

Comment fonctionne la récolte ?

Un tuyau relie la chambre de culture à la bonbonne ou cuve de récolte. Les gaz et la récolte sortent via ce tuyau, appelé tuyau de surverse. Le volume utile étant quasiment le même que le volume du réacteur, il y a un effet de débordement, lorsqu’il y a apport de milieu neuf. De ce fait, si vous apportez du milieu neuf, exemple 1L, vous récolterez, par débordement, 1L de culture.

Vous pouvez utiliser deux modes semi-continu (vider puis remplir) et continu (passage de liquide en continu). Vous vous aidez des pompes péristaltiques pour apporter du milieu neuf, manuellement ou automatiquement. Vous saisissez le volume de milieu neuf que vous souhaitez apporter. La récolte passera par le tuyau de surverse pour tomber dans la bonbonne ou cuve de récolte.
La récolte désigne les microalgues mélangées à leur milieu de culture. La séparation a lieu après l’étape de récolte et à l’aide d’autres outils (type centrifugeuse). Nous n’intervenons pas sur les solutions de traitement (post récolte).

Pour les cultures en batch, récoltez votre culture en vidant l’ensemble de votre réacteur à la fin de votre batch.

Quelles sont les mesures à prendre pour sécuriser ma production ?

Pour éviter tout contaminant provenant des intrants, il est préférable de filtrer ou passer à l’autoclave l’eau et les nutriments. Si vous optez pour la filtration, elle doit finir sur du 0.2μm.
Pour filtrer l’air nous fournissons des filtres à 0.2 μm.
Nous pouvons vous conseiller sur les filtrations, demandez-nous.

Puis-je faire des prélèvements/échantillons en cours de culture ?

Oui, soit en vous aidant des pompes péristaltiques, soit des vannes conçues pour le prélèvement d’échantillon.

Services proposés : installation, formation, sav

Comment se passe l'installation ?

L’installation est très simple. Elle peut être faite par vos soins ou bien par notre chef de projet microalgues en même temps que la formation (pour une formation sur place).
Nos équipes de montage se chargent de l’installation pour les JUMBO.

Y a-t-il une formation avant utilisation ?

Oui tout à fait.

La formation est faite avant toute première utilisation de l’appareil par notre chef de projet microalgues. Elle peut être réalisée sur site ou à distance (visio). Elle se divise en 2 parties : théorique et pratique. Le contenu et le temps de formation peuvent s’adapter à vos besoins.

Quel service après-vente assurez-vous ?

Tous nos équipements sont garantis 1 an pièce et main d’oeuvre après l’installation. Une extension de garantie d’un an est possible.
D’autre part, notre chef de projet microalgues reste à votre disposition par téléphone et mail pendant 2 mois, suite à la formation. Si vous en ressentez le besoin, le suivi peut être renforcé de 6 mois avec une seconde journée de formation pour rappeler certaines notions.
Un check-up annuel peut être réalisé, sous forme d’audit pour vérifier l’état du photobioréacteur. Nous vous conseillerons si des pièces sont à renouveler/changer.
Pour finir, vous nous faisons part de toutes les mises à jour du software, PBR et livrets/protocoles. En intégrant un PBR Synoxis algae, vous intégrez aussi la communité Synoxis algae !
Nous avons défini différents packs (standard, confort, tranquillité, sérénité) pour vous accompagner lors de l’intégration de votre photobioréacteur. Demandez-nous !

Livrez-vous partout en France ? Et à l'étranger ?

Oui nous livrons partout en France, nous livrons également à l’étranger, surtout si vous habitez sur une île !

Maintenance et nettoyage : protocoles de stérilisation, maintenance machine

Quels sont les protocoles de nettoyage et de stérilisation ?

Pour le nettoyage tous les PBR sont démontables. Cependant nous avons mis des protocoles de Nettoyage En Place (NEP-CIP acide/base), pour les nettoyer sans les démonter.
Pour la stérilisation, nous préconisons la javel ou un produit à base d’acide acétique et de peroxyde d’hydrogène. L’autoclave est aussi possible pour certaines pièces et pour le NANO autoclavable.
Tous ces protocoles sont détaillés lors de la formation, avec les dosages adéquats.

Dans nos simulations, nous comptons 5 nettoyages par an, soit toutes les 10 semaines environ. Mais nous avons des clients qui gardent leur culture pendant 6 mois ou plus avant de lancer un cycle de nettoyage. Là encore, le nombre de cycles de nettoyage dépendra de la souche et de la conduite de culture (un nettoyage à chaque fin de culture).

Combien de temps ça prend avant de relancer une culture ?

Pour un NANO ou un LUCY, il faut compter 4h pour nettoyer, stériliser et inoculer à nouveau
Pour 1 JUMBO, le cycle de nettoyage, stérilisation et lancement de culture dure entre 1 et 2 jours. Le temps variera selon votre débit d’eau.

Comment se déroule la maintenance ?

Il y a peu de maintenance sur nos équipements. Nous préconisons de changer les filtres à air, les tuyaux d’injections et récoltes après 10 autoclavages, la sonde pH et quelques
raccords au bout d’un an. Ces préconisations sont mentionnées dans les livrets d’utilisation.